LA SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, chroniques du

LA SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse[Télécharger] ➿ LA SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse ➻ Svetlana Alexievitch – Varanus.us Sur Tchernobyl, des dizaines douvrages ont t crits, des milliers de mtres de bandes vido tournes Ce livre, cependant, parle non pas de Tchernobyl mais du monde de Tchernobyl dont nous ne connaissons p Sur Tchernobyl, des dizaines douvrages ont TCHERNOBYL: Tchernobyl, PDF/EPUB ê t crits, des milliers de mtres de bandes vido tournes Ce livre, LA SUPPLICATION PDF \ cependant, parle non pas de Tchernobyl mais du monde de Tchernobyl dont nous ne connaissons presque rien, non pas SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, PDF Î de la catastrophe mais de ce qui a suivi, dun monde nouveau et diffrent, pour lequel il ny a pas de langage Trois annes durant, jai voyag et questionn des hommes et des femmes de gnrations, de destins, de tempraments diffrents Tchernobyl est leur monde Il empoisonne tout autour deux, la terre, lair, leau mais aussi tout en eux, la conscience, le temps, la vie intrieure Faire que ce que plusieurs racontent devienne lHistoire : en voyageant, en cdant la parole ces gens, jai souvent eu limpression de noter le futur, notre futur Ainsi parle Svetlana Alexievitch de La Supplication Tout comme loeuvre de Primo Levi sur Auschwitz ou celle dAlexandre Soljenitsyne sur le Goulag, son livre nomme lindicible en faisant entendre, pour la premire fois, les voix supplicies de Tchernobylivain et journaliste bilorusse, dissidente soutenue par le Pen Club et la Fondation Soros, rendue clbre dans le monde entier par Les Cercueils de zinc, ouvrage mmorial sur la guerre dAfghanistan, Svetlana Alexievitch a dj reu, en Allemagne, Le Prix du livre politique et Le Prix des Libraires pour La Supplication Elle vient de recevoir leoctobrele Prix Nobel de littrature.

    7 thoughts on “LA SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, chroniques du

    LA SUPPLICATION TCHERNOBYL: Tchernobyl, chroniques du pas de langage Trois annes durant, jai voyag et questionn des hommes et des femmes de gnrations, de destins, de tempraments diffrents Tchernobyl est leur monde Il empoisonne tout autour deux, la terre, lair, leau mais aussi tout en eux, la conscience, le temps, la vie intrieure Faire que ce que plusieurs racontent devienne lHistoire : en voyageant, en cdant la parole ces gens, jai souvent eu limpression de noter le futur, notre futur Ainsi parle Svetlana Alexievitch de La Supplication Tout comme loeuvre de Primo Levi sur Auschwitz ou celle dAlexandre Soljenitsyne sur le Goulag, son livre nomme lindicible en faisant entendre, pour la premire fois, les voix supplicies de Tchernobylivain et journaliste bilorusse, dissidente soutenue par le Pen Club et la Fondation Soros, rendue clbre dans le monde entier par Les Cercueils de zinc, ouvrage mmorial sur la guerre dAfghanistan, Svetlana Alexievitch a dj reu, en Allemagne, Le Prix du livre politique et Le Prix des Libraires pour La Supplication Elle vient de recevoir leoctobrele Prix Nobel de littrature."/>
  1. says:

    Nous sommes sur le point de clôturer cette année 2016 qui fut des plus radioactives, la faute aux anniversaires : celui des 5 ans de Fukushima et celui des 30 ans de Tchernobyl : Kazuto Tatsuta nous a emmenés Au cœur de Fukushima avec son manga sur les travailleurs chargés de démonter la centrale Lucile Bordes nous a fait revivre 86, année blanche et les événements de Tchernobyl.Dix ans après la catastrophe de Tchernobyl, la biélorusse Svetlana Alexievitch publiait dans La supplication le résultat des nombreuses interviews qu'elle avait recueillies auprès des populations Un livre fondateur.Un devoir de mémoire, non pas sur les événements eux mêmes mais bien sur les traces que laissent ces événements dans la vie des hommes et des femmes.[] Un événement raconté par une seule personne est son destin Raconté par plusieurs, il devient l’Histoire Voilà le plus difficile : concilier les deux vérités, la personnelle et la générale.Avec ce remarquable travail, l'auteure se limite à une courte introduction et s'efface pour laisser toute la place à la parole de ceux qui ont été recrutés comme liquidateurs, de celles et ceux qui ont été évacués manu militari des zones contaminées, de celles et ceux qui n'ont pas voulu quitter leur village et qui se sont accrochés à leur potager radioactif aux douces lueurs bleutées ou pire, de celles et ceux dont les villages n'ont pas été évacués faute de moyens et pire encore, de celles et ceux qui sont arrivés plus tard pour occuper ces villages désertés, venus de la Tchétchénie ou du Tadjikistan, fuyant des périls plus mortels encore que le césium.Un chœur d'humaine parole Une humanité passée à la moulinette dans les broyeurs de notre époque.Autant vous prévenir : la lecture est éprouvante, certaines tranches de vie sont ahurissantes et il vaut mieux apprécier ce livre à petites doses (prévoyez votre dosimètre) pour éviter de sombrer après avoir entendu celles et ceux qui se racontent ici.Des russes qui racontent cela à la russe et nous permettent de les mieux connaître, un peu L'étiquette de roman choral n'a peut être jamais été aussi juste : mais cette polyphonie sonne comme un chant funèbre aux accents de dérisoire.[] Comment croire une chose inconcevable ?Le livre de Svetlana Alexievitch est remarquable et l'accumulation de ces monologues effarants est éprouvante : paradoxalement, il nous manquerait peut être bien la parole de l'auteure qui s'est effacée derrière ses compatriotes.On repart bientôt pour Tchernobyl avec une BD d'Emmanuel Lepage (où justement, sur l'une des premières planches de l'album, un personnage lit La Supplication).Pour celles et ceux qui aiment les gens.


  2. says:

    Le 26 avril 1986, à Tchernobyl, le réacteur explose 30 ans, après, le spectre de la mort est toujours présent C'est là, dans cette zone dévastée de 30km, que Svetlana ALEXIEVICHT, journaliste est allée pour ses investigations sur le sujet Elle livre sur le papier, des témoignages effroyables, et bouleversants d'une réalité étouffée Le secret d’état règne en maître ! Même si la Perestroïka de Gorbatchev est en marche, la Russie reste un état stalinien à la gloire de la science atomique Elle donne la parole au peuple (paysans, professeurs, psychologues, chercheurs, soldats, liquidateurs, résidents, scientifiques et médecins, étudiants, journalistes, cinéastes, membres du Parti, associations, évacués, villageois) dans un recueil de dépositions Tous livrent leur vision et leur expérience de Tchernobyl : ce qu'ils ont vu, vécu, ressenti, crû Les paroles se livrent, simplement, crument, sans ambages.dans une libéralisation de l'âme et dans un cri du cœur La parole, longtemps étouffée se libère C'est la voix d'un peuple sacrifié, trompé et trahi qui parle C'est l'âme russe qui y est décrite dans toute sa complexité et sa contradiction, mêlant fatalisme et abnégation L'auteur dénonce le complot de l'ignorance et du corporatisme par l'écriture.Svetlana ALEXIEVICHT, écrivain/journaliste, engagée politiquement, décroche le prix Nobel de littérature en 2015 pour cet ouvrage, comme Soljenitsyne, avant elle, en 1970 Elle se situe volontiers entre littérature et documentaire Elle explore la vie des gens, entre chez eux, vit avec eux, écoute, questionne, recueille Elle le dit, elle même dans une interview : Je n'écris pas l'histoire des faits mais l'histoire des âmes.Enfin, lors d'une conférence de presse à Minsk, en octobre 2015, l'écrivain a tenu à souligner : J'aime le monde russe, bon et humaniste, devant lequel tout le monde s'incline, celui du ballet et de la musique, mais pas celui de Staline et Poutine, a t elle déclaré.


  3. says:

    Comme elle le fera dans 'La fin de l'homme rouge', Svetlana Alexievitch interview sans relâche les témoins et victimes de ce drame absolu qui les plongent dans une autre dimension,sorte de chaos cosmique que même la seconde guerre mondiale qui leur sert de référence à l'échelle des souffrances et de la douleur se révèle inappropriée:on ne leur avait rien dit sur les dangers du nucléaire, de la centrale de Tchernobyl;ils croyaient que le gouvernement et les scientifiques avaient les réponses,que les pompiers envoyés sur place sans autre protection que leur uniforme allaient éteindre le feu,qu'on les éloignait de leurs villages pour trois jours, qu'on ne manipulait pas les dosimètres Silence sur les morts irradiés et enterrés dans des cercueils de plomb silence des responsables qui éloignent leurs familles avant de s'éloigner eux mêmes silence des scientifiques qui risquent leurs postes,voire davantage silence sur les cancers et silence sur le nuage qui,bien sûr,s'est arrêté à nos frontières.Ce sont donc des cris de douleurs plutôt que des paroles que lancent les victimes interviewées,des cris que personne n'aime entendre mais qui s'imposent à nous,ici et aujourd'hui,entourés de centrales nucléaires qui,bien sûr,ne représentent aucun danger.Savez vous ce qu'il faut faire,vous,en cas de catastrophe de ce type? Moi pas ,on ne m'a rien dit,car bien sûr tout cela n'arrive qu'ailleurs.


  4. says:

    Témoignages très émouvants.


  5. says:

    Un des meilleurs livre que j'ai eu l'occasion de lire dans ma vie Témoignages poignants et bouleversants.


  6. says:

    This is a very touching book written with a close first person focus.What does it mean when something goes terribly wrong in a country where nobody is responsible and everybody lies.This is what really happened to real people, BAd things are still happening but people prefer to forget or get hyped up about something recent and closer to home.Looking forward to get from the writer on Kindle.


  7. says:

    Knowing Chernobyl, I felt that the monologues present a true picture of the people subjected to the catastrophe

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *